facebook logo Twitter logo

facebook logo Twitter logo

Logo Header
Télécharger dernier numéro
Le Paris-Dakar en Arabie Saoudite

Le Paris-Dakar en Arabie Saoudite

14-05-2019 à 21:08:00

Rassurez-vous, il ne s’agit pas d’une colle de géographie, mais plutôt d’un nouveau rebondissement dans l’histoire du glorieux rallye-raid automobile « Paris-Dakar », du nom de ses villes de départ et d’arrivée durant de nombreuses années. Que ce soit à moto, en voiture ou en camion, le Sahara fût le théâtre des exploits des meilleurs pilotes emmenés par le français Thierry Sabine entre 1978 et 2008.

 

En 2009, le plus grand rallye automobile du monde quitte ses pistes habituelles pour traverser l’océan Atlantique, en direction de l’Amérique du Sud. Pendant dix ans, il traverse l’Argentine, la Bolivie, le Chili. Puis de nouvelles difficultés sont apparues : sécurité des populations, conditions climatiques extrêmes ou encore contraintes imposées par les États entraîneront une réduction drastique des options de course. Les organisateurs, pour la première fois en 2019, ont eu à restreindre le nombre des étapes et  les ont limitées aux contours d’un seul pays, le Pérou.

C’est pour ces raisons que la fameuse course traverse l’océan Pacifique et va mettre à l’honneur les déserts de la péninsule arabique. Ainsi, à partir du 5 janvier 2020, la course s’élancera, pour les cinq prochaines années, depuis Ryad, capitale du royaume d’Arabie saoudite.

 

Les raisons stratégiques 
d’un tel volontariat

Comme l’a déjà illustré le projet retenu de l’organisation de la coupe du monde de football 2022 au Qatar, les monarchies pétrolières investissent considérablement dans le sport. C’est une manière pour elles de diversifier la nature de leurs investissements et de présenter une nouvelle image, plus attractive.

Dans ce contexte, l’Arabie saoudite se positionne à présent en concurrence avec le Qatar en finançant un nombre croissant d’événements « footballistiques » et automobiles. En témoigne la récente organisation du grand prix inaugural de la saison en Formule E en décembre 2018. L’objectif est stratégique pour le pays qui, pour préparer l’après-pétrole, est contraint de mener à bien un plan de diversification de l’économie et développer le tourisme comme « économie de substitution ».

Le mythique « Dakar », pour sa 41e édition, va ainsi ouvrir un nouveau chapitre de sa vie aventureuse. Dans quelques années, sillonnera-t-il l’Asie ? L’Océanie ? Et au-delà de l’amour du sport, de l’intérêt pour l’inconnu et de l’attrait du voyage, pour quelles raisons le fera-t-il alors ? Vous vous reposerez la question…

 

 

Actuailes n° 100 – 15 juin 2019


arabie saoudite paris-dakar


Imprimer