facebook logo Twitter logo

facebook logo Twitter logo

Logo Header
Télécharger dernier numéro
Le retour de la rougeole

Le retour de la rougeole

14-05-2019 à 20:58:00

Le Center for Desease Control (organisme 
de surveillance de toutes la maladies infectieuses aux États-Unis) d’Atlanta a lancé, il y a quelques jours, un signal d’alerte à propos du nombre inquiétant de cas de rougeoles qui sont constatés dans le pays. Dans le monde, en 2018, 
il y a eu 50 % de cas de plus qu’en 2017, 
plus particulièrement en France, en Ukraine 
et au Brésil, et 136 000 morts liés à la maladie.

 

Qu’est-ce que la rougeole ?

C’est une maladie liée à un virus qui est extrêmement contagieuse, encore davantage que la grippe. Elle donne essentiellement des symptômes respiratoires (nez qui coule, toux), une fièvre très importante et une éruption (des boutons) qui commence par le visage et se répand sur tout le corps.

Dans 90 % des cas, l’évolution est simple ; mais la maladie peut se compliquer : une personne sur mille en meurt ; deux à trois personnes sur mille développent une encéphalite (c’est-à-dire une inflammation du cerveau pouvant mener à des séquelles définitives) et 1 à 6 % des patients ont une pneumopathie (infection des poumons) qui peut entraîner de graves problèmes respiratoires nécessitant un passage en réanimation. Enfin, si une femme enceinte l’attrape, le bébé qu’elle porte peut naître prématuré ou mourir.

Quel est le traitement ?

Il n’y a pas de traitement curatif (pas de traitement des causes de la maladie), mais on peut donner des médicaments pour faire baisser la fièvre, aider à respirer si nécessaire, soulager les douleurs… Ce que l’on sait bien faire, en revanche, c’est se protéger par la vaccination pour empêcher la contagion : avec deux injections entre un an et dix-huit mois, on est presque certain de ne pas l’attraper. Si 95 % des gens sont vaccinés, le virus ne se répand plus. Jusqu’en 2016, le nombre de rougeole était en diminution chaque année dans le monde grâce à d’importantes campagnes de vaccination.

Pourquoi revient-elle ?

Parce que les gens vaccinent moins les enfants, essentiellement dans les pays riches. Ils ont peur du vaccin, parce qu’un médecin anglais du nom de Wakefield a publié en 1998 une étude où il démontrait qu’il y avait un risque de développer un autisme (un trouble mental qui provoque une difficulté à communiquer avec les autres et des problèmes d’apprentissage) lorsqu’on était vacciné. Wakefield a, depuis cet article, dû avouer qu’il avait triché sur les résultats de son étude et menti… et plusieurs études très importantes – dont une faite au Danemark pendant dix ans en observant 650 000 enfants – ont démontré qu’il n’y avait aucun lien entre le vaccin et l’autisme. Mais cette polémique a marqué de nombreuses personnes qui ont peur de faire vacciner leur enfant. Certaines communautés religieuses, comme les juifs orthodoxes, refusent également le vaccin.

Que faire ?

À cause de cette situation, certains pays ont rendu le vaccin obligatoire (comme la France). Est-ce une bonne solution ? Cela permet de protéger les personnes fragiles que la maladie pourrait faire mourir et qui ne peuvent pas être vaccinées (nouveau-nés, personnes ayant des défenses immunitaires malades…), mais il vaudrait mieux que chacun puisse réfléchir avec les bonnes informations pour que nous participions à la lutte contre cette maladie ensemble.

 

Anne-Sophie Biclet

 

Actuailes n° 100 – 15 juin 2019

 


rougeole vaccin


Imprimer