facebook logo Twitter logo

facebook logo Twitter logo

Logo Header
Télécharger dernier numéro
Emmanuel Macron répond aux gilets jaunes

Emmanuel Macron répond aux gilets jaunes

30-04-2019 à 15:11:00

Jeudi 25 avril, le président Emmanuel Macron a tiré les conclusions du grand débat national, afin de mettre fin à la crise des Gilets jaunes.

 

Les origines

Depuis le 17 novembre, une grande colère est montée en France, surtout parmi les classes moyennes, les classes populaires et les retraités. Regroupés autour du symbole du gilet jaune, de nombreux Français se sont rassemblés sur des ronds-points ou ont manifesté le samedi à Paris ou en province. Le mouvement a certes perdu de sa vigueur, mais reste néanmoins fort et déterminé.

Trouvant son origine dans la montée du prix des carburants, la colère des Gilets jaunes dénonce à la fois les hausses d’impôts, la baisse de qualité des services publics (écoles, hôpitaux, transports collectifs), les radars ou encore le manque de démocratie. Les manifestations s’accompagnent souvent de violences, commises généralement par des casseurs professionnels appelés Black Blocs. Le président Macron, d’abord relativement sourd à ce mouvement, avait décidé d’organiser un grand débat pour écouter les Français.

La réponse du président

Le président Macron a tout d’abord reconnu que de nombreuses revendications des Gilets jaunes étaient légitimes et qu’il les avait entendues. Sans remettre en cause sa politique, il a décidé de répondre aux Français par différentes mesures :

– baisser les impôts et augmenter les petites retraites ;

– renforcer le rôle des maires, qu’il juge au plus près des préoccupations des Français ;

– assurer une meilleure représentation des Français dans les décisions politiques ;

– améliorer l’école, avec, par exemple, des classes ne dépassant pas vingt-quatre élèves ;

– mettre davantage de fonctionnaires sur le terrain pour aider les Français dans leurs démarches administratives.

Le président a rappelé son objectif de baisser le chômage à 7 % en 2022 et souhaite que les Français puissent travailler davantage. En revanche, il ne veut pas changer le temps de travail fixé à trente-cinq heures par semaine, ni supprimer des jours fériés ou toucher à l’âge du départ à la retraite de 62 ans.

De nombreux détails devront encore être dévoilés par ses ministres dans les prochaines semaines.

Enfin une sortie de crise ?

Les annonces du président sont importantes et variées, même si aucun bouleversement majeur n’est à noter. Toutefois, sont-elles à la hauteur des attentes des Français ? À ce stade, il est difficile d’y voir clair tant les attentes sont fortes et certains problèmes complexes et longs à résoudre. Des mesures annoncées sont plébiscitées, mais deux tiers des Français semblent douter de la capacité et de la sincérité du président à résoudre la crise que connaît notre pays.

C’est donc également une crise de confiance, d’autant plus que le président a parfois manqué de simplicité dans son discours vis-à-vis des Français qui attendaient un langage clair et direct. Enfin, certains sujets chers aux Gilets jaunes sont absents, comme le prix des carburants et certaines de leurs propositions ont été refusées comme le référendum d’initiative citoyenne, la reconnaissance du vote blanc ou le retour de l’impôt sur la fortune.

Mais les sondages ne font pas l’opinion. Les résultats des élections européennes ou les prochaines manifestations des Gilets jaunes indiqueront si le président a convaincu ou s’il doit aller plus loin pour renouer avec les Français.

 

Qui sont les Black Blocs ?

Peut-être as-tu vu des images de manifestants cagoulés cassant des vitrines ou attaquant gendarmes et policiers ? On les appelle « Black Blocs » et ils sont très bien organisés. Ils s’infiltrent dans des manifestations, comme celles de Gilets jaunes ou les défilés syndicaux du 1er mai, pour semer le chaos.

Revêtus de noir et portant généralement des cagoules, leurs cibles favorites sont les banques, les distributeurs de billets, les McDonald’s ou les boutiques de luxe. Ils peuvent être plusieurs centaines et venir de différents pays européens. Ils se réclament de la gauche radicale.

 

Julien Magne

 

Actuailes n° 99 – 1er mai 2019


gilets jaunes


Imprimer