Logo
Opération « débouchage » !

Opération « débouchage » !

06-03-2019 à 05:56:21

Enfin le Carême ! Quarante jours pour faire descendre la lumière d’en-haut dans les replis ténébreux de mon cœur ! Pour que la lumière descende, il faut des ouvertures. 
Si tous les volets de la maison sont clos, aucun rayon du soleil n’y pénètre. L’atmosphère 
y devient humide et froide. Des moisissures aux couleurs indéfinissables s’installent, 
du sol au plafond… Notre maison intérieure vaut mieux que cela : il faut y laisser rentrer 
la lumière en cascade. Dieu n’attend que cela ! Voici trois ouvertures à déboucher, 
pour que la lumière puisse entrer en toi.

 

La fenêtre des yeux

Se déboucher les yeux, c’est retirer ce que nous y mettons sans cesse et qui nous empêche de voir le reste, à savoir les écrans (PC, iPhone, smartphone, tablette, etc.). Ces choses sont utiles (elles peuvent être aussi très dangereuses, si on les utilise mal), mais finissent par envahir totalement notre quotidien. Le temps du Carême nous donne l’occasion de débrancher nos deux yeux des écrans et de voir le monde en réel (non pas seulement en virtuel…). Eh, regarde, il y a des humains autour de toi !

L’ouverture de la bouche

Pour la bouche, il s’agit d’assécher le fleuve incessant de paroles que nous produisons sans cesse. La parole est bonne, elle est notre outil principal de communication. Mais ce génial outil, nous l’utilisons souvent à mauvais escient, pour bavarder (au sens de parler pour ne rien dire) ou pour dire du mal du prochain. Stop ! Arrête ce fleuve inutile, mets un peu de silence dans ton discours, il n’en sera que plus pertinent.

La porte des oreilles

Quand nous ne sommes pas en train d’occuper l’espace sonore par notre parole, nous craignons tellement d’avoir à supporter la parole des autres que nous bouchons immédiatement nos oreilles à toute intrusion extérieure : casques, oreillettes, etc. Rien ne passe. Je crois me libérer des autres, je m’enferme en réalité dans mon petit univers, celui de « ma » musique. Je m’évade peut-être, mais je perds le contact avec la réalité : mes parents qui veulent me parler, mon petit frère qui demande un service, une amie qui a besoin de se confier…

Pour le Carême, opération « débouchage » ! Pour cela, je te propose un triple jeûne : jeûne des yeux (par rapport aux écrans), jeûne de la langue (par rapport aux paroles mauvaises ou inutiles), jeûne des oreilles (par rapport à la musique). Si tu ouvres la « boutique », tu verras la lumière y descendre.

Et Pâques sera ta fête !

Père Augustin Marie

Réédition de l’article du n° 47.

    Actuailes n° 96 – 6 mars 2019




Imprimer