Logo

Sur les chemins de saint Michel

06-03-2019 à 05:53:00

     

 

 

 

 

 

Une bonne heure en voiture par l’autoroute nous suffit d’habitude pour atteindre le mont Saint-Michel. Mais cet été-là, nos parents 
en avaient décidé autrement ! Et c’est à pied, avec l’aide précieuse de l’âne Pythagore 
(pour porter nos affaires) que nous avons rejoint, depuis notre maison à Caen, 
la « Merveille » de l’Occident : cent soixante kilomètres à travers les paysages variés de Normandie (plaine de Caen, bocage virois) 
à la découverte de notre belle région.

 

Un matin d’été, nous voici donc partis de chez nous après avoir reçu la bénédiction du pèlerin. Dix jours de marche nous attendent !

Le saviez-vous ? Le mont Saint-Michel fut avec Jérusalem, Rome et Saint-Jacques de Compostelle, un des quatre grands sanctuaires de pèlerinage de l’Occident médiéval. Bravant les dangers et la fatigue, les « Miquelots » vinrent très nombreux au Mont par différents itinéraires. Une association dynamique, « les Chemins du mont Saint-Michel » (qui vient de recevoir le prix 2018 de la Fondation Stéphane-Bern-Institut de France pour le patrimoine) s’occupe depuis maintenant vingt ans de retracer, baliser et entretenir les chemins montais.

Et c’est l’un de ceux-ci que nous avons suivi, comme un grand jeu de piste balisé par des macarons à la silhouette caractéristique. Bien indiqué et peu fréquenté, ce chemin est vraiment facile d’accès pour les familles.

Nous avions chacun notre « carnet du Miquelot » que nous ne manquions pas de faire valider à chaque étape.

Nos parents avaient prévu tous les hébergements (famille, amis, chambres d’hôtes) et nous avons toujours été très bien accueillis après notre journée de marche. Nous avons fait une pause d’une journée (le dimanche) au milieu de notre pèlerinage au Carmel de Saint-Sever. Perdu au milieu des bois (nous avons eu du mal à le trouver, ce qui nous a valu un petit détour…), ce monastère est le lieu idéal pour se reposer et partager la prière des sœurs.

Après neuf jours de marche sous le soleil normand, nous apercevons enfin au loin, au détour d’un chemin, le mont Saint-Michel. Nous l’avions tant attendu. Et, au même instant, l’orage éclate !

Dernière nuit aux Genêts où nous disons « au revoir » à Pythagore qui aura été un compagnon fidèle et solide. Un peu dur de le quitter !

Le lendemain, accompagnés de quelques amis venus nous rejoindre, nous effectuons la célèbre traversée des grèves, ultime étape pour atteindre le Mont (trois heures de marche sur le sable avec la traversée de deux petits fleuves) : quelle expérience extraordinaire ! Nous terminons notre pèlerinage par une nuit au Mont, accueillis par la Fraternité monastique de Jérusalem.

Ce furent des vacances familiales inoubliables, ponctuées de belles rencontres. Nous vous invitons vivement à parcourir l’un de ces chemins !

Alix (15 ans), Théophane (14 ans), Sixtine (12 ans) et Cyriaque (9 ans)

Actuailes n° 96 – 6 mars 2019


chemin saint michel


Imprimer