facebook logo Twitter logo

facebook logo Twitter logo

Logo Header
Télécharger dernier numéro
Sainte Geneviève


Sainte Geneviève


16-01-2019 à 07:52:20

Geneviève est aussi la patronne du diocèse de Nanterre où elle est née, et, depuis 1962, 
la sainte patronne des gendarmes. En ce mois de janvier, une neuvaine est dite pour demander sa protection, en l’église Saint-Étienne-du-Mont, sur la montagne Sainte-Geneviève à Paris.

En 1803, le curé de cette église retrouva dans la crypte de l’église Sainte-Geneviève aujourd’hui disparue, un fragment de l’ancien sarcophage où la sainte avait reposé jusqu’au IXe siècle. Il se trouve aujourd’hui dans le reliquaire en cuivre doré qu’on peut voir à l’intérieur de l’église devant l’autel dédié à sainte Geneviève.

Une légende tenace présente Geneviève comme une simple bergère. En réalité, elle était fille unique d’une famille de l’aristocratie gallo-romaine. Ses parents, d’origine franque, possédaient de vastes terres agricoles autour de Paris et de Meaux. À leur mort, elle hérita de leurs biens et de la charge de son père : magistrat municipal. Elle s’installa à Paris et se fit admettre dans un groupe de vierges consacrées : ces femmes vouaient leur existence à Dieu dans le célibat et la chasteté.

On a appelé Geneviève la « Jeanne d’Arc des Mérovingiens ». Pourquoi ?

En 451, les Parisiens apprennent que les Huns, redoutables guerriers commandés par Attila, se dirigent vers Paris. Affolés, ils décident de partir avec tous leurs biens. Geneviève tente de les convaincre de rester : « Votre ville sera conservée, proclame-t-elle, tandis que celle où vous voulez vous retirer sera pillée et saccagée. » Elle réunit un petit groupe de femmes qui jeûnent et prient Dieu d’accorder sa protection à la cité. Elle est accusée de fausse prophétie. On veut la lapider, la jeter dans la Seine. Finalement, Attila, après s’être dirigé vers Orléans, remonte vers l’actuelle Châlons-en-Champagne et est battu aux Champs catalauniques. Geneviève avait raison ! Elle devint « defensor civitatis », chargée de la protection de la cité.

En 465, une guerre civile menace d’éclater entre les partisans des Francs et les partisans de l’Empire romain d’Occident. Geneviève négocie avec les Francs pour que Paris ne soit pas envahi. Le siège des Francs, commandés par le roi Childéric, dure dix ans. Geneviève ravitaille les Parisiens en blé. Quand le fils de Childéric, Clovis, remporte la victoire sur le dernier représentant du pouvoir romain en Gaule, Geneviève s’allie avec lui à condition qu’il se fasse chrétien. Clovis se fait baptiser, il réconcilie Francs et Gallo-Romains et fait de Paris sa capitale.

Aux siècles suivants, chaque fois qu’une inondation, une sécheresse, une épidémie, une guerre menaçaient leur ville, les Parisiens promenaient la châsse de la sainte jusqu’à Notre-Dame aller et retour, en une grandiose procession. Sainte Geneviève fut et reste la protectrice de Paris.

 

Mauricette Vial-Andru

 

Actuailes n° 94 – 16 janvier 2019

 


sainte geneviève


Imprimer