facebook logo Twitter logo

facebook logo Twitter logo

Logo Header
Télécharger dernier numéro
Du lien en boîte

Du lien en boîte

11-12-2018 à 22:35:00

À l’occasion de la sortie de son dernier jeu de cartes Mys’tic, nous avons rencontré Véronique, mère de famille et graphiste, qui aime tisser du lien entre les choses et les gens.

 

Comment vous est venue l’idée 
de créer des jeux de cartes ?

J’ai suivi des études en Arts appliqués, pendant lesquelles l’analyse des œuvres demandait énormément de connaissances tant en art qu’en histoire, littérature ou mythologie. Je trouve que nous manquons cruellement de culture aujourd’hui ; cela nous empêche de comprendre ce qui nous entoure et même le monde dans lequel nous vivons. La publicité, par exemple, fourmille de références que l’on ne comprend plus. Qui sait que l’entreprise Nike a choisi son nom en référence à la déesse grecque de la Victoire : Niké ? Et que son logo représente de façon stylisée les ailes de la victoire ?

C’est ce manque qui m’a poussée à créer d’abord des jeux de sept familles qui permettent – à moi tout comme à mes enfants ! – de visualiser de façon claire le fil de l’Histoire qui se déroule en image devant nos yeux.

Expliquez-nous l’atout de vos jeux 
de sept familles.

Chaque jeu de sept familles Dynastie offre un panorama illustré couvrant trois siècles d’Histoire. Les cartes s’assemblent sous forme de fresque. Par exemple, lorsque vous réunissez les six cartes du « Vœu de Clovis » (Dynastie : Le temps des Mérovingiens), l’image composée réunit et nomme les événements marquants (la bataille de Tolbiac et le baptême de Clovis), ses protagonistes (Clovis, Clotilde, Rémi) et les lieux de l’action. En outre, une septième carte raconte l’histoire de façon résumée.

En réunissant les cartes de chaque famille, nous découvrons l’Histoire de façon très visuelle. Cela permet de fixer les informations dans notre mémoire. Cela permet également de faire des liens entre les personnages historiques, entre les époques et des liens aussi entre ces époques et la nôtre.

C’est aussi un de mes buts principaux : créer des liens ! Des liens entre enfants et parents grâce au jeu ; des liens qui nous permettent de mémoriser notre Histoire.

Je suis très attachée à la pédagogie de Maria Montessori qui aide à ranger les connaissances que l’on acquiert dans des tiroirs et… à ouvrir les bons tiroirs pour les réutiliser : ordre, chronologie et relations de causalité…

Et Mys’tic ?

Pour ce dernier jeu, ce sont les règles du Mistigri que j’ai choisies. On associe un dieu grec à son attribut : Héra à ses paons, Hermès à ses sandales ailées ou Artémis à la biche. Et attention à celui qui tombe sur Pandore et sa boîte !

Comment avez-vous choisi le dessinateur qui illustre si bellement vos cartes ?

J’ai contacté plusieurs dessinateurs, mais aucun n’a accepté de me suivre dans la première aventure qui leur paraissait bien incertaine. En effet, pour un illustrateur chaque œuvre est une vitrine de son talent et mon entreprise manquait pour eux de visibilité : pouvaient-ils se fier uniquement à l’intuition créatrice d’une maman sans réseau de distribution ?

Finalement, le dessinateur Raphaël Gauthey1 a accepté de tenter l’aventure. J’avais découvert ses œuvres par hasard sur Pinterest. Notre envie de transmettre l’Histoire nous a rapprochés.

Quelles ont été vos exigences ?

Je voulais que les proportions du corps soient respectées, pas de caricature, pas de visage de style manga. Pour le reste, il était important que le dessinateur puisse laisser libre cours à sa créativité !

Comment avez-vous pu financer 
vos projets ?

La bonne idée a été de faire appel au financement participatif. Par l’intermédiaire d’Internet et des réseaux sociaux, nous nous faisons connaître petit à petit. Les internautes découvrent notre projet et, en précommandant les jeux, nous apportent les finances qui nous manquent pour donner corps à nos jeux.

Il m’est impossible de financer seule mes projets. En effet, chaque nouveau jeu représente 13 000 euros d’investissement... Et si je veux éditer dans les deux ans à venir la suite du jeu Dynastie sur les Capétiens et les Valois, puis un jeu Mys’tic sur les saints et leurs attributs, il me faudra trouver 52 000 euros. Cette somme est impressionnante, n’est-ce pas ? Mais c’est en réalisant une gamme de jeux qu’enfin je pourrai intéresser les distributeurs et proposer au plus grand nombre mes jeux de cartes !

En attendant, il est possible d’acheter le jeu Mys’tic – et les deux jeux Dynastie, bien sûr ! –, mais seulement jusqu’au 14 décembre, hélas, sur le site Ulule2 qui permet de récolter des fonds pour concrétiser un projet. Au-delà, il faudra contacter directement la maison d’édition que j’ai créée, les éditions La Caverne…

 

1. Ami lecteur, tu le connais ! C’est lui qui illustre 
les couvertures d’Evguenia d’Anne Riolet et du roman 
de Béatrice Nicodème D’un combat à l’autre.

2. https://fr.ulule.com/jeu-mystic/

 

Alix de Marcillac

 

Actuailes n° 93 – 12 décembre 2018

 

 

 




Imprimer