Logo
Tsunami

Tsunami

11-12-2018 à 21:55:00

Le 5 décembre dernier, un puissant séisme 
a été enregistré au large de la Nouvelle-Calédonie à 15h18, heure locale (5h18 
à Paris). Dans les quelques minutes qui ont suivi, les autorités sur place ont alors lancé une alerte au tsunami. Mais de quoi s’agit-il ?

 

Lorsqu’un grand volume d’eau se met brusquement en mouvement, à la suite d’une éruption volcanique, d’un glissement de terrain sous-marin ou d’un séisme justement, la mer, aussi calme puisse-t-elle être, peut se transformer en une série de vagues gigantesques et destructrices atteignant parfois trente mètres et dévastant tout sur leur passage en s’enfonçant dans les terres. C’est ce qu’on appelle un tsunami.

Il s’agit de l’une des catastrophes naturelles les plus meurtrières de l’Histoire : le tsunami de 2004, par exemple, qui a surgi dans l’océan Indien, est la catastrophe la plus meurtrière de ces trente dernières années avec plus de 250 000 victimes.

Il était donc bien normal de chercher à s’en prémunir après le séisme de la semaine dernière. Dix minutes après le choc sismique, des sirènes d’alerte ont retenti sur tout le territoire et, dans le même temps, les Néo-Calédoniens ont reçu des sms les invitant à se mettre à l’abri. Si le risque avait été vraiment présent, ils auraient même reçu des ordres d’évacuation pour s’éloigner le plus possible des côtes. Fort heureusement, l’alerte a été levée environ trois heures après son déclenchement : finalement, le séisme n’a pas fait de vagues.

 

Maximilien de Boussiers

 

Actuailes n° 93 – 12 décembre 2018




Imprimer