facebook logo Twitter logo

facebook logo Twitter logo

Logo Header
Télécharger dernier numéro
La fin de la pollution automobile ?

La fin de la pollution automobile ?

14-11-2018 à 08:54:00

La hausse récente des prix du carburant, en grande partie due à l’augmentation des taxes sur les produits pétroliers, a créé un mouvement de contestation des Français et le gouvernement se défend en expliquant que c’est une mesure pour inciter à moins polluer. Mais en quoi exactement une voiture pollue-t-elle ?

Pour rouler une voiture a besoin d’énergie : beaucoup à l’accélération et un peu pendant qu’elle roule pour compenser les frottements de la route et de l’air. C’est pour ces phases qu’elle utilise son moteur.

Les principales catégories de moteurs sont : les moteurs à explosion dont la source d’énergie est un carburant et qui rejette les produits de sa combustion (du dioxyde de carbone, de l’eau et des polluants comme, par exemple, les oxydes d’azote et les particules) et les moteurs électriques qui, eux, ne rejettent rien. Certaines voitures dites hybrides possèdent les deux catégories de moteur. Mais faut-il s’arrêter ici dans l’analyse ?

Il faut considérer la façon dont est produite l’électricité qui sert à recharger les voitures électriques. L’électricité est un moyen de transporter et stocker l’énergie qui est, en fait, produite dans une centrale nucléaire, à charbon, au fuel ou à gaz, grâce à un barrage hydrau-lique ou par des éoliennes. Cela dépend des moyens de production d’électricité du pays dans lequel est rechargée la voiture. Ainsi, en France, la production d’électricité est à 75 % nucléaire : une voiture électrique roule principalement au nucléaire, énergie qui crée aussi des déchets. À l’inverse, en Chine ou en Allemagne, la voiture électrique roule majoritairement au charbon ou au pétrole, énergies très polluantes, car ils sont utilisés pour produire environ 70 % de l'électricité dans ces pays.

Il y a d’autres raisons pour lesquelles une voiture peut polluer : le freinage, qui crée des dépôts sur une voiture classique, mais sert à recharger les batteries sur une voiture électrique ; et les matériaux qui la constituent, dont l’extraction peut être polluante : notamment les terres rares, qui servent à produire batteries et moteurs électriques. 

Ainsi, une bascule vers des voitures plus électriques permet certainement de diminuer la pollution à l’utilisation, notamment dans les villes, mais leur bilan est plus mitigé à l’échelle du globe : elles peuvent être la cause de pollutions importantes dans les campagnes où sont extraites les matières premières !

Louis Fernand

Actuailes n° 91 – 14 novembre 2018




Imprimer