Logo
L’art du « par »...

L’art du « par »...

03-10-2018 à 06:04:00

Le week-end dernier a vu s’affronter les meilleurs joueurs de golf américains et européens sur le parcours « Albatros » du golf national de Saint-Quentin-en-Yvelines. Impossible de rester indifférent à la précision incroyable avec laquelle les joueurs arrivent à envoyer de toutes petites balles à des distances impressionnantes. Et, qui plus est, des balles recouvertes d’alvéoles : ne voleraient-elles pas mieux si elles étaient bien lisses ?

 

Le golf est joué depuis le XVIIIe siècle, au début avec des balles de cuir remplies de plume, puis des balles de gomme. Et assez vite les joueurs se rendent compte qu’en martelant leurs balles de cuir bien lisses, ils arrivent à les faire aller plus loin. Mais sans bien comprendre pourquoi ! Mais les plus habitués de cette rubrique parmi vous (voir notamment Actuailes n° 64 ou 70) se doutent déjà de la réponse : « C’est encore une histoire de portance et de traînée, ça, non ? »

Bingo ! En frappant une balle, le golfeur lui donne une rotation vers l’arrière (qu’on appelle « backspin » dans son jargon), de la même manière qu’un footballeur « enroule » sa balle ou qu’un pongiste « coupe » la sienne, sauf que, cette fois, cela permet à la balle de dévier un peu l’air dans lequel elle passe et de créer de la portance pour aller plus haut, un peu à la manière d’une aile d’avion. Elle peut donc monter davantage…

Mais, en perturbant l’air qu’elle traverse, la balle est ralentie, car, n’ayant pas un profil très aérodynamique, elle crée derrière elle un gros sillon d’air. Et c’est cela que parviennent à diminuer les petites cavités en surface : avec la rotation de la balle, elles permettent la création de petits tourbillons qui aident l’air à mieux rester au contact de la balle, diminuant le sillon derrière et donc la traînée…

Et voilà pourquoi on a l’impression que les balles des golfeurs volent parfois : c’est simplement le cas ! Et sans ce phénomène, jamais le record du monde du plus long coup n’aurait pu atteindre 471 mètres. Ces phénomènes ont un tel impact sur la longueur du coup que les études ont montré que si on jouait au golf dans le vide, en supprimant toute influence de l’air, les balles iraient en fait… moins loin !

 

1.              Le « par » est le nombre de coups de référence pour terminer un trou de golf.

 

Malo du Bretoux

 

Actuailes n° 89 – 3 octobre 2018

 




Imprimer


Commentaires (0)

Il n'y a aucun commentaire pour le moment

Publier un commentaire

Vous devez être connecté au site pour publier un commentaire