facebook logo Twitter logo

facebook logo Twitter logo

Logo Header
Télécharger dernier numéro
Monsieur Je-Sais-Tout

Monsieur Je-Sais-Tout

19-09-2018 à 06:50:00

Monsieur Je-Sais-Tout traite, avec beaucoup de justesse et de bienveillance, un handicap mal connu : l’autisme. Une comédie familiale assez fine pour un sujet grave, à partir de 10 ans.

 

Mes amis, quoi de mieux pour la rentrée qu’un bon feel good movie ? Vous le savez, c’est ainsi que les Américains nomment ces films qui donnent à leurs spectateurs une envie de générosité et d’amour pour leur prochain !

Monsieur Je-Sais-Tout est à ranger dans cette catégorie. Évidemment, l’intrigue est assez simple, le dénouement heureux et le happy end prévisibles. Mais François Prévôt-Leygonie et Stéphan Archinard, ses coréalisateurs, ont su déjouer tous les pièges de ce registre : pas de pathos inutile et des acteurs très justes dans la composition de leur personnage.

Vincent Barteau (Arnaud Ducret) est un joueur de football talentueux devenu entraîneur charismatique. Célibataire endurci, il a rompu tout lien avec sa famille, mène une vie quelque peu dissolue hors du club et prépare avec soin sa future carrière à l’étranger. Alors que sa mère est soudainement hospitalisée, il découvre l’existence de Léo, son neveu, et accepte à contrecœur de le garder une quinzaine de jours. Or, ce jeune garçon, magnifiquement interprété par Max Baissette de Malglaive, souffre d’une forme d’autisme : il est atteint du syndrome d’Asperger.

Léo a une intelligence hors du commun, mais son autisme l’empêche de nouer des rapports sociaux ordinaires, normés. C’est un peu tout le contraire de son oncle hâbleur, charmeur et qui, aux premiers abords, ne fait pas forcement preuve d’une grande finesse : 1,92 m d’amitié virile et bourrue face au frêle et délicat joueur d’échecs prêt à se recroqueviller dans sa bulle à la moindre émotion trop forte… Je vous laisse imaginer la cohabitation de ces deux-là ! Heureusement, Mathilde, le médecin du club où travaille Vincent, réussit à apprivoiser nos deux héros, ouvrant une porte dans le cœur du neveu et dans l’esprit borné de l’oncle…

 

Catherine Bertrand

 

 Actuailes n° 88 – 19 septembre 2018

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




Imprimer