Logo
La fuite à Varennes

La fuite à Varennes

20-06-2018 à 05:57:00

Le jour qui sonna le glas de la monarchie

 

Fin juin 17911. Une rumeur se propage à Paris puis dans tout le royaume : le roi Louis XVI et sa famille auraient été arrêtés à Varennes, alors qu’ils tentaient de rejoindre, à la frontière luxembourgeoise, le marquis de Bouillé et ses troupes fidèles à la monarchie.

On crie à la trahison et c’est sous les vociférations d’une foule haineuse que le roi regagne Paris. Louis XVI ne le sait pas encore, mais c’est un tournant dans l’histoire de la Révolution : les jours de la monarchie sont désormais comptés.

Pourtant, Louis XVI, quelques mois auparavant, était assez réticent à l’idée de s’enfuir. Mais heurté dans ses convictions par la constitution civile du clergé (on l’empêchera de fêter Pâques à Saint-Cloud et de recevoir la communion d’un prêtre non assermenté), il se décide finalement à partir.

C’est ainsi que le 20 juin, après la cérémonie du coucher, sous des noms d’emprunt et déguisés, ils quittent Paris dans une berline avec une heure et demie de retard sur l’horaire prévu.

Ce n’est qu’au petit matin qu’un valet se rend compte de la disparition du roi. L’alerte est donnée. Le marquis de La Fayette, commandant de la Garde nationale et en charge de la surveillance de la famille royale aux Tuileries, envoie alors des courriers partout pour ordonner l’arrestation de Louis XVI et des siens.

Ces derniers continuent leur périple vers la frontière, mais prennent un retard considérable et ne rencontrent pas les troupes qui devaient les escorter, car celles-ci, lasses d’attendre, se sont repliées. Le soir, les fuyards arrivent à Sainte-Ménehould en Champagne où ils sont malheureusement reconnus par le maître de poste, Jean-Baptiste Drouet, qui affirmera dans son témoignage devant l’Assemblée constituante : « Je crus reconnoître la reine ; et, apercevant un homme dans le fond de la voiture à gauche, je fus frappé de la ressemblance de sa physionomie avec l’effigie d’un assignat de 50 livres. »

Mandaté par la municipalité, Drouet devance la berline et arrive à Varennes où il va prévenir le procureur-syndic que la famille royale est en fuite. Celui-ci fait alors immobiliser la voiture, descendre les fuyards et les conduit dans une maison à proximité. La Garde nationale est alertée, le roi formellement reconnu.

Ramené à Paris, Louis XVI est devenu suspect aux yeux des révolutionnaires et sa tentative de fuite a eu pour effet d’éveiller ou d’ancrer des sentiments républicains dans une opinion qui n’était, jusqu’alors, pas vraiment hostile à la monarchie.

 

1. Voir Actuailes n° 69  : 1791. Une Princesse en fuite, de Gwenaële Barussaud.

 

Actuailes n° 87 – 20 juin 2018




Imprimer