Logo
3 pays, élections différentes, et enseignements similaires

3 pays, élections différentes, et enseignements similaires

17-10-2018 à 06:17:00

Dimanche 14 octobre, les citoyens de trois pays voisins de la France étaient appelés aux urnes pour des élections à chaque fois différentes, mais dont les résultats ont dégagé des similitudes très remarquées.

 

En Belgique, tout d’abord, il s’agissait d’élections locales, c’est-à-dire celles qui désignent les maires (bourgmestres) de chaque ville. Même si les résultats sont très variés selon les régions – wallone, bruxelloise et flamande –, on observe globalement une importante poussée du parti écolo-giste, une montée du parti souverainiste flamand et une forte baisse des partis centristes traditionnels, démocrates-chrétiens et sociaux-libéraux.

Au Luxembourg voisin, il s’agissait d’élections législatives, c’est-à-dire celles qui décident de la composition de la Chambre des députés et donc du nouveau gouvernement national. Là aussi, les partis traditionnels démocrates-chrétiens et sociaux-libéraux ont beaucoup souffert, en perdant des députés au profit des écologistes et des souverainistes.

En Bavière enfin, un des seize plus gros Länder d’Allemagne, il s’agissait de renouveler le Landsrat, l’assemblée régionale qui désigne le gouvernement local.

Pourquoi cette élection bavaroise, pourtant strictement locale, était-elle importante au point que tous les médias européens l’ont suivie de très près ? Parce que les démocrates-chrétiens de la CSU y sont au pouvoir depuis l’après-Seconde Guerre mondiale et viennent d’y enregistrer un de leurs plus mauvais scores depuis lors, au profit des écologistes ainsi que des souverainistes (à tendance libérale FW ou conservatrice AFD). Or, la CSU est l’alliée clé de la chancelière Angela Merkel et son mauvais score fragilise désormais la coalition nationale au pouvoir en Allemagne, qui est déjà très précaire au point que l’avenir de la chancelière en devient incertain.

Il ressort finalement de ces trois élections, pourtant fort disparates par leur enjeu officiel, que la crise identitaire liée à l’immigration et les problématiques écologiques menacent conjointement le pouvoir des partis démocrates-chrétiens et sociaux-libéraux qui règnent en Belgique, au Luxembourg et en Allemagne depuis de nombreuses décennies. Ces partis traditionnels peinent à apporter des réponses crédibles à de telles problématiques et sont de plus confrontés au vieillissement marqué de leur électorat.

Enfin, leurs scores en baisse les obligent de plus en plus souvent à établir des alliances parfois contre-nature pour rester au pouvoir, brouillant encore un peu plus leur message. Ainsi, les jours qui viennent seront consacrés à des négociations d’alliances pour décider de programmes politiques communs et de la répartition des postes clés.

Comme toujours en politique, espérons que les hommes de bonne volonté réussissent à placer l’exigence de vérité avant les ambitions personnelles, les intérêts des partis et la logique de puissance.

 

Siegfried

 

Actuailes n° 90 – 17 octobre 2018




Imprimer


Commentaires (0)

Il n'y a aucun commentaire pour le moment

Publier un commentaire

Vous devez être connecté au site pour publier un commentaire