X



  Gestion Press


Ajouter un numéro


Gestion des numéros


  Gestion des abonnements


Gestion des abonnements


Ajouter un abonné


Export des abonnés


  Gestion des pages


Ajouter une page


Editer vos pages


Ajouter une catégorie


Editer/Supprimer une catégorie


Valider les articles en attente


Articles en attente de relecture


Gestion des mots clés


  Gestion des menus


Editer vos menus



  Gestion des utilisateurs


Gérer vos utilisateurs



  Gestion des widgets


Activer/désactiver les widgets



  Gestion des vidéos


Ajouter une vidéo


Ajouter une catégorie de vidéos


Editer/Supprimer une catégorie de vidéos


  Gestion des diaporamas


Créer un diaporama


Editer les diaporamas existants


  Gestion des albums photos


Ajouter des photos dans un album


Activer les albums photos qui ont été désactivés


Editer/Supprimer un album


Ajouter un nouvel album photos


  Gestion de l'agenda


Gérer vos catégories


Ajouter un évènement


Editer le calendrier


  Gestion des rendez-vous


Gérer vos rendez-vous


Voir votre planning


Gérer vos périodes inactives


  Gestion des sondages


Ajouter un sondage


Editer/supprimer les sondages


Sondage actif


  Gestion des thèmes


Choisir le thème du site


Changer le bandeau


Customiser votre thème


  Gestion des téléchargements


Gérer vos fichiers


Gérer vos catégories


  Gestion des modules jQuery


Liste de vos plugins installés



  Gestion des newsletters


Créer une newsletter


Lister les newsletters et les envoyer


Liste des adresses inscrites


Administrer les groupes



  Gestion du forum


Créer une catégorie générale


Créer un forum


Choisir les modérateurs


Administration générale


  Gestion des commentaires et ratings


Activer/Désactiver les notes


Liste des commentaires


Valider les commentaires en attente


  Paramètres du site


Editer le titre, la description et les mots clés


Editer les paramètres du site


Paramétrer la page d'accueil



ABONNEZ-VOUS À ACTUAILES !







C'est arrivé le 4 mars 1832 : mort de Jean-François Champollion


Le 02-03-2017
C'est arrivé le...

Grâce à son génie, sa passion pour les langues anciennes ; son travail incessant et sa persévérance, Champollion déchiffre les hiéroglyphes et donne enfin un sens à ces signes mystérieux découverts en Égypte.

 

Stimulé peut-être par l’ambiance de la librairie paternelle, le jeune Champollion fait montre d’une très grande précocité. À 5 ans, il apprend à lire seul.

Jean-François a 10 ans lorsque son frère aîné l’emmène avec lui à Grenoble et se charge de son éducation. Passionné par l’Antiquité et encouragé par son frère Jacques-Joseph, ce surdoué étudie avec avidité de nombreuses langues et écritures anciennes (l’hébreu, mais aussi l’arabe, le chaldéen, le syriaque et même le copte !).

« Je suis tout à l’Egypte, 
elle est tout pour moi »

Il se passionne bientôt pour la civilisation des pharaons, mise à la mode grâce à l’expédition en Égypte de Bonaparte, en 1798-1799, et la découverte par les soldats français à Rosette, dans le delta du Nil, d’une pierre noire gravée de trois textes dont l’un en grec ancien, un autre en démotique, une écriture égyptienne tardive, et le troisième en hiéroglyphes.

La pierre est embarquée sur un navire à destination de la France, mais les Anglais l’interceptent et la transportent à Londres, au British Museum.

Elle va, dès lors, exciter la curiosité des savants, en particulier du jeune Champollion et d’un Anglais de quinze ans son aîné, Thomas Young. Young déchiffre la version démotique et découvre que les cartouches en hiéroglyphes contiennent les noms de divers pharaons.

Jean-François va plus loin. Il observe que le texte hiéroglyphique contient trois fois plus de signes que le texte grec ne compte de mots. Il en déduit que les hiéroglyphes (on en recense environ 5 000) ne sont pas seulement des idéogrammes (symboles graphiques représentant un mot ou une idée), contrairement aux préjugés ambiants. Ils peuvent aussi dans un même texte servir de signes phonétiques comme nos lettres de l'alphabet.

Après une recherche jalonnée d’hypothèses, de remises en question et d’intuitions géniales, il peut enfin s’écrier en septembre 1822 : « Je tiens l’affaire ! ». Il a 32 ans et vient de déchiffrer les noms de Cléopâtre, Ramsès et Thoutmosis et de découvrir ainsi le secret des hiéroglyphes. On dit que l’émotion le fait alors sombrer dans un état d’inconscience.

Jean-François Champollion meurt de surmenage à 41 ans, au milieu des honneurs, après avoir enfin visité l’Égypte, le pays de ses rêves.

 

 

Actuailes n° 65 – 8 mars 2017

 

 


hiéroglyphes
champollion
4 mars 1832


Noter cet article (2)


Commentaires (0)


Aucun commentaire pour le moment

Poster un commentaire


Vous devez être connecté pour pouvoir poster un commentaire
Créer un compte ou logguez-vous

Abonnez-vous !

Pourquoi ? Pour ne rater aucun numéro. C’est facile, rapide, gratuit. Aprés avoir donné l’adresse électronique sur laquelle vous souhaitez être avertis, vous recevrez un courriel de confirmation. Et le tour est joué !


Lire la suite

Soutenez-nous !

« Sans vous, rien n’est possible »


Lire la suite

Recherche sur le site