X



  Gestion Press


Ajouter un numéro


Gestion des numéros


  Gestion des abonnements


Gestion des abonnements


Ajouter un abonné


Export des abonnés


  Gestion des pages


Ajouter une page


Editer vos pages


Ajouter une catégorie


Editer/Supprimer une catégorie


Valider les articles en attente


Articles en attente de relecture


Gestion des mots clés


  Gestion des menus


Editer vos menus



  Gestion des utilisateurs


Gérer vos utilisateurs



  Gestion des widgets


Activer/désactiver les widgets



  Gestion des vidéos


Ajouter une vidéo


Ajouter une catégorie de vidéos


Editer/Supprimer une catégorie de vidéos


  Gestion des diaporamas


Créer un diaporama


Editer les diaporamas existants


  Gestion des albums photos


Ajouter des photos dans un album


Activer les albums photos qui ont été désactivés


Editer/Supprimer un album


Ajouter un nouvel album photos


  Gestion de l'agenda


Gérer vos catégories


Ajouter un évènement


Editer le calendrier


  Gestion des rendez-vous


Gérer vos rendez-vous


Voir votre planning


Gérer vos périodes inactives


  Gestion des sondages


Ajouter un sondage


Editer/supprimer les sondages


Sondage actif


  Gestion des thèmes


Choisir le thème du site


Changer le bandeau


Customiser votre thème


  Gestion des téléchargements


Gérer vos fichiers


Gérer vos catégories


  Gestion des modules jQuery


Liste de vos plugins installés



  Gestion des newsletters


Créer une newsletter


Lister les newsletters et les envoyer


Liste des adresses inscrites


Administrer les groupes



  Gestion du forum


Créer une catégorie générale


Créer un forum


Choisir les modérateurs


Administration générale


  Gestion des commentaires et ratings


Activer/Désactiver les notes


Liste des commentaires


Valider les commentaires en attente


  Paramètres du site


Editer le titre, la description et les mots clés


Editer les paramètres du site


Paramétrer la page d'accueil



ABONNEZ-VOUS À ACTUAILES !







« Les nuages noirs s’amoncellent »


Le 11-05-2016
Sursum Corda

Né en 1908, dans une famille chinoise très pauvre, Chen Ming voit se dérouler sous ses yeux tous les grands bouleversements politiques qui vont conduire à la prise de pouvoir par les communistes en 1949. Brillant élève, il réussit à devenir professeur d’université. Lors d’un séjour d’études en Angleterre, il découvre le christianisme et reçoit le baptême. « Depuis, écrit-il, j’ai toujours trouvé un soutien dans la religion. Cette aide fut inestimable durant toute mon existence ».


La « Révolution culturelle » (sous Mao) persécute avec violence les classes de la société que la doctrine marxiste considère comme « ennemis du peuple » : entre autres, les propriétaires terriens, les intellectuels et tous ceux qui ont eu des contacts avec des pays étrangers (considérés comme des espions). Comme professeur, Chen fait partie des « mauvais éléments » (c’est l’expression du régime). Il doit être « réformé ». Pour le réformer, on l’envoie au laogai (camp de travail pour les prisonniers politiques) : nombreux sont ceux qui y meurent, à cause des mauvais traitements, de la faim, de la maladie ou du désespoir.
Après avoir purgé sa peine, Chen retourne chez lui. Mais là commence une épreuve plus terrible que le laogai. Il est sans cesse surveillé, la police pénètre chez lui à toute heure, lit son courrier, renverse toute la maisonnée. Chen devient balayeur : tout le monde se moque de lui, les enfants lui jettent des cailloux. Chen doit souffrir en silence. Après ses longues heures de balayage, il doit se rendre à la réunion politique. On y récite par cœur des passages des œuvres de Mao, qui est quasi divinisé (on installe même des autels dédiés à Mao dans les maisons). Quand ce n’est pas une lecture des pensées du dictateur, c’est une « séance d’autocritique ». Des heures durant, sous les huées de la foule et les coups des hommes du régime, Chen doit faire son « autocritique » en position « de l’avion » (buste perpendiculaire aux jambes, tête baissée, bras à l’horizontale). Chen refusera toujours de s’accuser faussement de crimes qu’il n’a pas commis, quitte à endurer ces horribles séances de torture publique.
À la fin de sa vie, Chen est « réhabilité » : on l’appelle à nouveau par son titre et par son nom, « Professeur Chen », en lui manifestant les marques de respect dues à son grand âge. Le régime a reconnu qu’il y avait eu une erreur judiciaire… trente ans plus tôt. On lui conseille gentiment de ne pas garder de mauvais souvenirs, car cela risque de nuire à sa santé…
Retenons qu’il y a dans l’homme cette capacité de construire des régimes inhumains, comme le fut la Chine de Mao ; mais qu’il y a aussi dans l’homme la capacité de résister intérieurement à toutes les humiliations, de rester fidèle à la vérité et de proclamer ainsi l’honneur de demeurer un homme. Chen est plus grand que Mao.

Actuailes n°52 – 11 mai 2016




Noter cet article (2)


Commentaires (0)


Aucun commentaire pour le moment

Poster un commentaire


Vous devez être connecté pour pouvoir poster un commentaire
Créer un compte ou logguez-vous

Abonnez-vous !

Pourquoi ? Pour ne rater aucun numéro. C’est facile, rapide, gratuit. Aprés avoir donné l’adresse électronique sur laquelle vous souhaitez être avertis, vous recevrez un courriel de confirmation. Et le tour est joué !


Lire la suite

Soutenez-nous !

« Sans vous, rien n’est possible »


Lire la suite

Recherche sur le site